Supplément au Bavard n°74

20 février 2014 0 Par EDITEURS
J’aime

Ecole Curie-Pasteur

Classe de CM1 de Madame Lesecq

Classe de CE2/CM1 de Monsieur Laurent

Le patrimoine à l’honneur

Monsieur Haigneré, racontez-nous l’histoire de notre quartier…

Le lundi 7 octobre 2013, nos classes ont fait la connaissance de Monsieur Haigneré. Fils de cheminot, il a vécu son enfance dans le quartier de la Délivrance. Passionné par l’histoire de cette cité, il nous a raconté son évolution tout en projetant des photographies. Certaines images étaient très anciennes. Nous avons pu ainsi voir une piscine à l’emplacement du collège Guy Mollet et l’ancienne école Pasteur. Le quartier de la Délivrance a subi de nombreux dégâts lors des bombardements en 1944 (destruction du service médical, de la librairie, bains-douches…). M. Haigneré avait notre âge et a survécu en étant blotti avec sa famille, sous l’escalier de sa maison. Il nous a montré une photographie de sa maison entièrement détruite et c’était très émouvant !

Le quartier Délivrance est un quartier unique conçu par de grands architectes. M. Haigneré nous a décrit l’architecture des maisons : les pas de moineaux, les colombages, les bow-windows, les fenêtres sous toiture, les céramiques décoratives, les porches …

Nous avons aussi pu constater l’importance de la végétation et l’espace entre les maisons. Le quartier Délivrance, c’est comme un village de campagne dans la ville !

Maintenant notre quartier de La Délivrance, on ne le voit plus de la même manière car c’est un endroit avec une histoire, qui nous a été transmise par Monsieur Haigneré !

Une action de solidarité

Lors d’un conseil d’école, Monsieur Lengrand a expliqué aux enseignants qu’il était engagé dans la collecte alimentaire pendant la semaine de la solidarité du 25 au 30 novembre 2013.
On a rassemblé les deux classes. Nous avons discuté de ce qu’était la solidarité et travaillé sur des documents. Nos enseignants nous ont expliqué ce qu’était la collecte alimentaire. On s’est ensuite répartis en plusieurs groupes et entraînés à présenter le projet oralement. Puis sommes allés dans les classes pour l’expliquer. Monsieur Lengrand nous avait donné aussi des affiches et des sachets…
En fin de semaine, nous étions fiers d’avoir mené une belle action de solidarité.
Enfants et parents se sont montrés très généreux.
Résultat de la collecte lommoise : 1 tonne 435 kg !

Les denrées seront redistribuées dans les différentes associations de la région : l’épicerie solidaire « Chez Serge »…
Dans notre leçon, une phrase peut illustrer notre article : « La solidarité, c’est le contraire de l’indifférence, c’est chercher à aider celui qui en a besoin. »

Une fresque sur les murs du préau

Il s’agit d’un projet auquel sont associés Madame Rosenbaum (CM2), Madame Lesecq (CM1) et Monsieur Laurent (CE2-CM1).
Au cours de sa réalisation, les élèves s’approprieront l’Histoire du quartier La Délivrance et ses éléments architecturaux. Ils identifieront également des artistes réalistes, impressionnistes et contemporains et apprendront à représenter une réalité historique par l’abstraction.

Le premier trimestre  a été consacré à la compréhension de l’Histoire du quartier grâce à l’intervention de Monsieur Haigneré et Monsieur Boulier. Les élèves des trois classes concernées ont réalisé des photographies et des croquis. Ils ont permis de relever des éléments particuliers d’architecture et des éléments auxquels les enfants étaient sensibles (végétation, …).

Ces travaux serviront de base pour l’étape suivante où les enfants seront amenés à passer d’une représentation réaliste à une représentation plus abstraite.

La place Beaulieu se dévoile

Au mois d’octobre 2013, nous avions écrit au responsable des archives communales, Monsieur Simon Boulier, pour lui demander des renseignements concernant la place Beaulieu, et particulièrement la plaque commémorative située en son centre. Il nous avait gentiment répondu et accepté notre invitation à venir échanger nos regards sur la place Beaulieu et les lieux commémoratifs de la commune. Voici quelques éléments de ce constructif échange.

Qu’est-ce que des archives ?

Ce sont les documents que l’on conserve pour retracer l’histoire de la commune. Ces archives occupent un étage complet à la mairie, on y stocke aussi des documents numériques. Il faut s’en occuper, les récupérer, les garder pour mieux les communiquer.

Le patrimoine est ce qui vient d’avant, ce que l’on veut garder. On ne peut pas tout conserver, on fait un choix utile pour l’avenir. Ces archives représentent un kilomètre de documents, si l’on conservait tout cela ferait dix kilomètres. Ces documents font partie de notre patrimoine, des biens de la collectivité.

La Société évolue, ce sont les archives qui en sont la preuve.

Quelle est votre plus grande « trouvaille » ?

Grâce à mes recherches, j’ai pu retracer des éléments de la vie d’un soldat. Mon travail se mène comme une enquête policière, on découvre des indices …

De la fenêtre de notre classe nous voyons la place Beaulieu, pouvez-vous nous en parler ?

La place Beaulieu a été construite après 1920 (L’inauguration de la salle Beaulieu en 1924). Dix ans plus tard, elle reçoit un très grand vase de plusieurs mètres de haut qu’il a fallu enlever après la seconde guerre mondiale car trop abîmé. Quand la place fut refaite, s’est posée la question de remettre quelque chose qui fasse penser au vase ou l’évoquer…

Les habitants de la cité ont tous besoin de cette place à un moment ou à un autre. C’est un point de référence, on s’y rassemble, on la partage. On y fait du vélo, on va au spectacle, on s’y balade, c’est un lieu qui aide à se repérer dans le quartier à l’aide du rond-point. Des écoles sont proches …

Pourquoi une plaque commémorative a-t-elle été installée place Beaulieu ?

Des habitants du quartier de la Délivrance à Lomme sont morts pendant la seconde Guerre Mondiale, des civils pendant les bombardements. En 1944, à Pâques, des bombes sont tombées sur le quartier de la Délivrance et beaucoup de personnes sont mortes. L’objectif visé était la gare de triage.

Des résistants furent fusillés ou prisonniers, leurs noms figurent notamment sur la plaque commémorative située devant le Monument de la Résistance, mais aussi sur celle de la Place Beaulieu. Ils refusaient l’arrêt des combats, voulaient continuer à lutter contre l’ennemi pour essayer de retrouver la liberté (par exemple, ils enlevaient un rail, détournaient un train).

Quelle que soit l’épaisseur des murs, quelle que soit l’épaisseur des chaînes, le résistant essaie de retrouver sa liberté.

Cette plaque – ou stèle – fut inaugurée par la S.N.C.F le 4 septembre 1974. Elle constitue l’un des lieux de la commune rappelant à chacun le souvenir du bombardement de Pâques 1944. En 1982, un second monument dédié à ce souvenir a également été édifié au cimetière du quartier de Mont-à-Camp : le Funérarium.

Chaque année, depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le maire de Lomme – représentant l’ensemble des Lommois – préside la cérémonie.

Avant l’établissement de la stèle de la place Beaulieu, et du Funérarium du cimetière de Mont-à-Camp, cette cérémonie se tenait uniquement au Monument aux Morts. Depuis elle se déroule en deux temps : d’abord au cimetière de Mont-à-Camp puis place Beaulieu.

Monsieur Boulier nous a fait réfléchir sur l’importance du respect du lieu.

Il a ensuite fait allusion aux jeux vidéo en particulier les jeux de guerre.

Il y a quelques années j’ai discuté avec l’un des derniers survivants du massacre d’Oradour-sur-Glane, le 10 juin 1944, où les habitants ont été massacrés par les nazis, toute sa famille a été tuée. Le jeu et la réalité sont deux mondes à part, on commence le jeu, on le ferme, et on revient à la réalité.

Les jeux vidéo font croire qu’en temps de guerre, c’est vous qui décidez du destin et que vous êtes maître des actions. Mais en réalité c’est plus compliqué, en temps de guerre on a moins de choix, moins de possibilités d’agir et moins de libertés.

« On ne prend pas de bonnes décisions, mais on prend les moins mauvaises ».

Ce bombardement, ces monuments, cette cérémonie peuvent nous paraître bien éloignés… Mais, comme nous l’a dit monsieur Boulier, c’est ce que l’on choisit de retenir du passé qui permet de construire l’avenir des nouvelles générations.

Les moments forts de nos rencontres

Pour les enfants

  • Quand monsieur Haigneré a raconté qu’enfant, il s’était caché sous l’escalier pendant les bombardements…
  • Quand monsieur Lengrand nous a fait constater la quantité importante des dons récoltés.
  • Quand monsieur Boulier a évoqué l’histoire du rescapé du massacre d’Oradour-sur-Glane…

Pour les deux enseignants

  • La qualité des échanges et l’écoute attentive des enfants durant les interventions de monsieur Haigneré et monsieur Boulier.

…Il a été difficile de clore l’intervention de monsieur Haigneré tant les enfants avaient envie de poursuivre la discussion…

Vues : 2