Nous sommes tous responsables

20 juin 2017 0 Par EDITEURS
J’aime

La Presse-librairie a fermé ses portes et c’est encore un commerce emblématique qui disparaît de notre quotidien sans que rien ne puisse enrayer ce mouvement qui a démarré depuis une quinzaine d’années.

Au plus loin que l’on remonte dans nos souvenirs, cette enseigne est présente aux différents moments de la vie en fournissant crayons et matériels scolaires à notre enfance puis les premiers Spirous ou Marie Claire suivis des innombrables bandes dessinées et romans photos faisant vibrer notre imagination.

L’évolution des techniques a apporté ses jeux multiples remplaçant la bonne vieille loterie nationale tandis que la boutique s’étoffait d’un lot impressionnant de revues en tout genre, modes, travaux, politique ou scientifique et aussi de cartes postales de souhaits divers pour toutes les occasions de partager un moment heureux de la vie.

Personne n’imaginait que cette profusion de lecture, de petit matériel de bureau et fournitures scolaires puisse s’arrêter un jour et pourtant c’est arrivé ; à qui la faute ?

On désigne les hyper marchés installés à proximité ou alors c’est internet et les sites marchands par correspondance qui envahissent nos ordinateurs, ce sont aussi les jeux sur tablettes ou Smartphone qui diminuent l’attrait de la lecture des adolescents et enfin ce sont les loisirs qui ont beaucoup changé en modifiant nos comportements.

Tout cela est vrai mais en subissant « cette loi du moins cher », du livré à domicile et en succombant aux appels publicitaires nous avons « oublié » le petit commerce près de chez nous, disponible et créant le lien social indispensable dans notre quartier.

Soyons donc lucides envers nous-même et interrogeons-nous sur notre responsabilité dans la disparition des commerces de proximité et tentons de protéger ces structures par une meilleure répartition de nos achats entre les grandes surfaces et l’ensemble des petits commerces qui créent le maillage indispensable de nos petites villes.

Vues : 1