Face à la canicule, quel recours ?

8 septembre 2018 0 Par EDITEURS
J’aime

Tout le monde ou presque a pesté ou même souffert ces derniers mois pendant lesquels le thermomètre affichait des températures excédant les 30 degrés agressant les organismes et rendant les humeurs chagrines et les états d’esprit abattus.

C’est le moment de rappeler des évènements quasi identiques qui ont affecté notre région dans l’été 1976, année qui voyait les températures du Nord bien plus élevées que sur la Rivièra ce qui a amené dans notre cité cheminote un déplacement des activités vers la piscine encore ouverte.

Les souvenirs des personnels encadrant les baigneurs sont encore très précis car la célèbre piscine de Délivrance connut son apogée en termes d’affluence avec des passages quotidiens atteignant jusqu’à 900 personnes dont 400 en provenance des centres aérés gérés par la SNCF.

Ce n’était que cris joyeux, éclaboussures, mouvements désordonnés ne ressemblant à aucune nage mais c’était le plaisir total d’échapper à cette torpeur pendant des instants que l’on voulait prolonger au maximum en tentant d’échapper aux coups de sifflet des encadrants chargés de gérer les afflux et permettre aux différents groupes l’accès aux bassins.

Ce fut peut-être le chant du cygne de ces bassins qui, faute d’entretien par la SNCF, se délitaient, se fissuraient n’offrant plus suffisamment de sécurité et de salubrité pour ces installations qui réclamaient une logistique technique de bon niveau.

Le couperet tomba en 1986 mais cette fermeture n’a pas effacé les souvenirs et si la climatisation permet aujourd’hui de mieux supporter les excès de chaleur rien ne remplacera ces instants de bonheur partagés même éphémères qu’ont connu les familles cheminotes des années 70.

Vues : 2