COMMENT OBTENIR UN LOGEMENT DANS LA CITE EN 1922…

6 septembre 2020 0 Par EDITEURS
J’aime

La Compagnie du Nord met en place des Conseils d’Administration dans les cités cheminotes. Chaque C.A. est composé d’un bureau ; cadres responsables des lieux désignés par la Compagnie et des membres élus par les habitants de la cité, à Délivrance, ils sont une vingtaine.

Le CA fonctionne comme un conseil municipal. Il règle les problèmes d’organisation, d’entretien et fait respecter la réglementation. Il comprend différentes commissions : Fêtes et Sport, Hygiène et Bains Douches, Enseignement et Bibliothèque, Voirie et Incendie, Logements et Réparations, Buvette, Jardins… Il est subordonné au Comité de Gestion qui accorde les budgets de fonctionnement.

Dès la fin de la construction de la cité, la commission Logements est désignée pour attribuer les habitations. Elle est rapidement dépassée par les demandes. Beaucoup de cheminots aimeraient avoir une maison dans cette nouvelle cité moderne et confortable. Les difficultés d’attributions sont multipliées par le nombre de Cités… Début 1927, le Comité de Gestion, impose un Barème (ci-contre) ! A part le Point A, celui qui a le plus gros coefficient cumulé est prioritaire.

Cette cotation n’est pas facile à utiliser et ne règle pas tous les problèmes. Ce barème évoluera, notamment pour intégrer certaines particularités.

Tout d’abord un délai de trois mois sera instauré pour le traitement de toute demande afin de ne pas perturber les attributions en cours. Devant l’augmentation des demandes, celle d’un célibataire ne sera plus prise en compte… La priorité sera donnée à la famille ! De même, lorsque le nombre d’enfants d’un résident augmentera, sa demande pour un logement plus grand deviendra prioritaire.

Les villes situées à la périphérie de Lille (St André, Haubourdin, Loos…) sont exclues des critères d’éloignement. En effet, ces communes sont desservies par les trains de service (trains de voyageurs) qui empruntent la voie de ceinture. Les horaires de circulation avaient été adaptés pour les agents en service posté, ainsi que pour les horaires en journée.

Il arrivait qu’un locataire habitant un logement face opposée à la rue, souhaitait permuter avec un logement donnant sur la rue, ce cas sera pris en compte. Que faire lorsqu’un postulant refusait un logement proposé par le C.A… Le premier refus était accepté, mais au deuxième ; il était rayé des demandeurs !

* Bavard N° 94 ; « Les baraquements de la place Chappe »

Le C.A. essaye de satisfaire au mieux les demandes. Mais il y a toujours des refus. A la périphérie de la cité, la Compagnie avait réalisé des baraquements provisoires* utilisés pour héberger les cheminots lors de la construction en 1921. Ils ne seront pas démontés après l’achèvement des travaux, contrairement aux souhaits de M. Dautry. Ainsi, le parc immobilier se voyait augmenter artificiellement et le provisoire devenait une solution intermédiaire pour les nouveaux arrivants, avant de leur trouver un logement définitif.

Il est important de préciser, qu’à cette époque, certaines situations pouvaient entraîner l’expulsion des locataires : démission, révocation, faits de grève. De plus, tout cheminot qui arrivait à l’âge de la retraite devait quitter son logement…

Vues : 2