Souvenirs, souvenirs…d’André BLANCHAR né le 13 juillet 1935

24 novembre 2021 1 Par EDITEURS
J’aime

Nombreux sont ceux qui ont connu André BLANCHAR, premier à vous accueillir lorsque vous veniez au district. Toujours assis au bureau, puisque cloué dans son fauteuil roulant par la force des choses, et pourtant souriant, patient et philosophe.
Cheminot dans l’âme.

Il avait commencé à travailler à la gare de Seclin en 1953, à l’âge de 18 ans, après avoir suivi les études nécessaires à l’école de la SNCF. A cette époque, les cheminots n’avaient congé qu’un dimanche sur 7 et une seule journée les autres semaines.
Après Seclin, il partit pour Orchies avant d’obtenir son poste à Lille.
Sa vie bascula le 15 septembre 1958 lorsqu’il fut atteint, à l’âge de 23 ans, par cette terrible
maladie : la polio qui lui laissa des séquelles après une année d’hospitalisation.
C’est trois ans après qu’il arriva au district de Lomme Délivrance, le 15 septembre 1961. Malgré l’absence d’accueil et de considération de son chef de district, André ne se laissa pas démonter, il ouvrit les dossiers un à un pour s’instruire.
Il comprit très vite l’organisation de la Cité, des logements et des travaux à effectuer chez les habitants. Le district, rue Wallart, regroupait les employés et les ouvriers qui entretenaient la Cité : maçons, peintres, plombiers, électriciens, menuisiers et même égoutiers.
Malgré les réticences de son chef de district, pas plus aimable qu’à ses débuts, André fut confirmé dans son poste par la hiérarchie. A compter de ce moment, la vis fut organisée : un travail régulier de 7h30 à 17 heures, 5 jours sur 7 et le samedi matin, au service de la Cité.
Au moindre souci dans les logements, on venait demander une réparation au district. Ce sont donc 30 années de bons et loyaux services qui ont laissé cette empreinte dans le cœur des gens qui ont connu André BLANCHAR.
Au long de toutes ces années, il devint la mémoire de la Cité, ayant vu se succéder de nombreux chefs de district et ayant connu 5 gardes champêtres.

Il fut également Président du « Jardin du Cheminot » à l’époque où tous les locataires avaient un jardin potager avec l’obligation de l’entretenir régulièrement. Le local du « jardin du Cheminot » était le rendez-vous de tous les travailleurs de la terre. Après son décès, survenu le , son épouse reprit la fonction de Présidente jusqu’à ce que le local soit vendu.

La Cité a changé de visage, les règles de fonctionnement ont évolué, le district a fermé et les bâtiments ont été vendus mais André BLANCHAR restera dans les mémoires de tous ceux qui l’ont connu.

Vues : 7