Industrie : La « Z.A.C. NOVO à LOMME »

12 mars 2024 0 Par Gérard Pollet
J’aime
Une image contenant plein air, route, Véhicule terrestre, véhicule Description générée automatiquement
Pouvez vous m’indiquer où ça se trouve?

Encore aujourd’hui peu de Lommois donnent réponse à cette question.

Pourtant l’endroit s’appelle ainsi depuis les années 70 et cette « zone d’aménagement concerté » est passante et occupée principalement par le secteur automobile en particulier les grandes marques Françaises Citroën et Renault dont les vitrines sont visibles en bordure de l’avenue de Dunkerque, près du Pont Supérieur juste à côté de l’ancienne gare de Lomme.

Et pourquoi Z.A.C. « NOVO » ?

C’est à cet endroit qu’était implantée l’ancienne « Manufacture des engrais NOVO ». A l’origine fondée par un industriel nommé Béthencourt cette usine a été modernisée en 1907 et transformée en une nouvelle unité de production très moderne probablement appelée NOVO par étymologie au nom latin novo signifiant neuf. L’usine couvrait ce secteur très étendu (environ 18 hectares soit l’équivalent de 400 mètres sur 450 mètres). Deux tiers de l’espace étaient occupés par des bâtiments dont certains atteignaient 30 mètres de hauteur.

Les bâtiments administratifs quant à eux faisaient face à l’avenue de Dunkerque.

NOVO fabriquait des engrais chimiques pour l’agriculture, des pesticides, des superphosphates et de l’acide sulfurique en très grande quantité, elle était placée au premier rang des usines Françaises dans ces types de production (550 tonnes par jour dans les années 30).

Imaginez les odeurs que cette usine pouvait dégager surtout quand le plafond était bas, pas étonnant qu’elle était surnommée par les riverains « l’usine puante » en patois de chez nous « L’fabrique puante ».

Les matières premières et les produits finis étaient transportés par voie ferrée, l’usine disposait d’un réseau intérieur permettant l’acheminement entre bâtiments l’ensemble étant relié directement à la gare de Lille Délivrance et totalisant 8 kms de voies. En pleine saison le flux de marchandises pouvait représenter jusqu’à 200 wagons par jour.

Les engrais composés étaient produits par traitement de matières organiques avec de l’acide sulfurique lui-même issu du grillage de la pyrite (sulfure de fer) et du passage du gaz sulfureux dégagé en chambres de plomb à ciel ouvert.

Une partie de l’acide produit était utilisé pour la fabrication des engrais l’autre partie destinée à la vente.

Les vapeurs d’acide et les odeurs de fermentation des matières à l’air libre rendaient les conditions de travail pénibles accentuées par le fait de devoir sans cesse monter/descendre aux échelles pour accéder aux bacs de production.

Moins pénible était le travail dans les laboratoires intégrés aux bâtiments administratifs qu’ils occupaient en grande partie Outre les recherches de nouveaux engrais, NOVO mettait à la disposition des cultivateurs ses laboratoires pour les analyses de terres et les engrais qui sortaient de l’usine faisaient l’objet d’un contrôle de qualité très rigoureux.

NOVO a employé durant de nombreuses années un personnel local issu principalement du quartier de la MITTERIE, secteur de la Croix de Pierre. L’usine a été sérieusement endommagée par les bombardements de 1944, elle cessa son activité à la suite de nombreux conflits sociaux et fut détruite en 1970 pour laisser place à l’actuelle Z.A.C. NOVO.

G.P

Vues : 25